[Marxism] Oct 4 in France -- LCR reaction

gdunkel at mindspring.com gdunkel at mindspring.com
Wed Oct 5 20:04:36 MDT 2005


The general strike in Francde Oct. 4 should really be viewed as a general 
mobilization against the government that got 1.3 million people, mainly 
workers, out into the streets in a 150 cities throughout France.

I though members of this list would like to see the LCR's reaction to the 
event, and it was short enough to translate quickly.  I thought it was not 
too French-issue-only oriented, but as I worked through it, I saw it really 
wasn't so I added a few parenthetical comments.  The strike against the 
SNCM is a real strike with hundreds of thousands of Euros being lost on the 
part of the shippers and the tourist industry, ships having trouble moving, 
cops being called in to break picket lines and so on.

Here is the LCR statement -- my translation into English comes first and 
then the French original.

/greg

Une mobilisation sociale réussie qui en appelle d'autres, très vite !

mardi4 octobre 2005

	

Déclaration d'Olivier Besancenot

Le million est dépassé. Les 150 manifestations du 4 octobre ont fait mieux 
que le 10 mars : cortèges massifs et dynamiques dans de très nombreuses 
villes, ouverts par les entreprises en lutte, que ce soit la SNCM, Hewwlett-
Packard, British Airways ou Citroën Aulnay et qui criaient leur ras-le-bol 
d'une politique qui sacrifie les salariés, brise des vies, bafoue les 
libertés syndicales pour satisfaire les actionnaires et les patrons.

Partout, dans ces manifestations, le privé était fortement représenté. La 
journée de grève et de manifestations du 4 octobre, c'est un vote magistral 
de désaveu pour le gouvernement Villepin-Sarkozy. Volontairement sourd à la 
protestation sociale, il n'écoute que Mme Parisot, présidente du MEDEF, qui 
fait l'éloge de la précarité.

Qu'il sache que la lutte contre la privatisation de la SNCM n'est pas finie 
et que la LCR est totalement solidaire des grévistes de cette compagnie qui 
doit rester publique.

Cette première grande mobilisation sociale depuis le 29 mai en appelle 
d'autres très, très vite. Sans attendre 2007, c'est maintenant qu'il faut 
virer ce gouvernement et sa politique libérale.


A mobilization which calls for others, quickly, quickly

Tuesday, Oct 4, 2005

A declaration of Olivier Bescancenot (LCR)

It went over the million mark.  The 150 demonstrations throughout France on 
Oct. 4 did better than March 10:  Massive and dynamic marches in numerous 
cities, led by enterprises in struggle, either the SNCM [the ferry service 
between Corsica and France, gmd], Hewlett-Packard, British Airways, Citroën 
Aulnay, who displayed their discontent over policies which sacrifice their 
wages, break up lives, sweep away trade union liberties in order to satisfy 
stock holders and the bosses.

The private sector was strongly represented in these demonstrations.  Oct.. 
4, a day of a general strike and demonstrations, was a total rejection of 
the Villepin-Sarkozy government.  Willingly deaf to protests, it only 
listens to Mrs. Parisot, president of MEDEF [business council of France, 
gmd], who sings the praises of a precarious life.

Let it be known that the struggle against the privatization of SNCM is not 
finished and that the LCR is in total solidarity with the strikers against 
this company, which must remain public.

This first big mobilization since May 29 calls for others, very, very 
quickly.  Without waiting for 2007 [date of next presidential election in 
France, gmd], it is now necessary to move against the government and its 
neo-liberal policies.

/gmd

Une mobilisation sociale réussie qui en appelle d'autres, très vite !

mardi4 octobre 2005

	

Déclaration d'Olivier Besancenot

Le million est dépassé. Les 150 manifestations du 4 octobre ont fait mieux 
que le 10 mars : cortèges massifs et dynamiques dans de très nombreuses 
villes, ouverts par les entreprises en lutte, que ce soit la SNCM, Hewwlett-
Packard, British Airways ou Citroën Aulnay et qui criaient leur ras-le-bol 
d'une politique qui sacrifie les salariés, brise des vies, bafoue les 
libertés syndicales pour satisfaire les actionnaires et les patrons.

Partout, dans ces manifestations, le privé était fortement représenté. La 
journée de grève et de manifestations du 4 octobre, c'est un vote magistral 
de désaveu pour le gouvernement Villepin-Sarkozy. Volontairement sourd à la 
protestation sociale, il n'écoute que Mme Parisot, présidente du MEDEF, qui 
fait l'éloge de la précarité.

Qu'il sache que la lutte contre la privatisation de la SNCM n'est pas finie 
et que la LCR est totalement solidaire des grévistes de cette compagnie qui 
doit rester publique.

Cette première grande mobilisation sociale depuis le 29 mai en appelle 
d'autres très, très vite. Sans attendre 2007, c'est maintenant qu'il faut 
virer ce gouvernement et sa politique libérale.

/





More information about the Marxism mailing list